| | Radar

A Los Angeles, les ratés de la police qui devait prévoir le crime à partir des big data

Des figurines sur des composants informatiques (image d'illustration) | Creative Commons

Prédire la criminalité future à partir de la criminalité passée, à l’aune des techniques de big data: plusieurs polices s’y sont essayées aux Etats-Unis, notamment à Los Angeles. Les expérimentations sont cependant loin de fournir les résultats escomptés, raconte le magazine californien Government Technology.

Pourquoi c’est délicat. L’idée d’une police prédictive capable de prévoir l’avenir à partir des statistiques passées les plus détaillées possibles semble séduisante de prime abord. Pourtant, elle a un énorme défaut: elle considère qu’un résultat passé va nécessairement se répéter. Ces technologies reproduisent aussi les biais, furent-ils inconscients, de leurs créateurs, ce qui implique de redoubler de prudence dans leur évaluation et leur utilisation.

link

Lire l'article dans Government Technology (EN)

Sortir de la crise, la newsletter qui aborde les enjeux de la sortie de crise selon une thématique différente

Lire aussi