| | Vidéo

VIDÉO - Les grandes extinctions expliquées par les films catastrophes

La vie est apparue sur Terre il y a environ 3,8 milliards d’années, et elle est toujours là, bien accrochée, alors qu’elle a failli être écrabouillée, désintégrée annihilée de la surface du globe... à cinq reprises! On les passe en revue à l’aide des films d’extinctions, pour ce nouvel épisode de PopScience.

Pourquoi c’est presque normal. Depuis que la vie est apparue, les espèces n’en finissent pas de naître et de disparaître, c’est la valse naturelle des espèces due à la sélection naturelle qu’on vous a expliqué ici.

Mais à plusieurs reprises dans l’histoire de notre planète, ce taux d’extinctions a été beaucoup plus important et brutal qu’à l’ordinaire. La Terre a en effet connu cinq grandes extinctions de masse, c'est-à-dire des cataclysmes à l’échelle planétaire, à la suite desquels la plupart des espèces alors présentes ont disparu. Ça fait presque autant de saisons que «Walking Dead».

La première extinction de masse

C’était il y a 440 millions d’années, lors de l’Ordovicien. A l’époque, la vie terrestre est surtout marine. Les mers et les océans grouillent d’espèces bizarroïdes: des anguilles dentées, des trilobites, des orthoceras… Mais 85% de cette joyeuse faune marine a disparu du fait d’une intense glaciation, presque aussi terrible que celle de «Snowpiercer».

Voir aussi: L'apparition de la vie sur Terre expliquée par Minecraft

Probablement à cause de l’érection de grandes chaînes montagneuses, le climat a drastiquement changé. Une immense calotte de glace s’est établie au pôle Sud et le niveau des mers a baissé d’environ 70 mètres, privant les trilobites et leurs copains de leur écosystème. Alors ça ne s'est pas passé du jour au lendemain, comme dans «Le jour d’après», mais en quelques milliers d’années. Ce qui, à l’échelle des temps géologiques, est plutôt rapide.

La deuxième extinction de masse

Nous sommes il y a 380 millions d’années et à l’époque, la vie n’est plus seulement marine: des plantes, des araignées, des scorpions et même des proto-amphibiens ont colonisé la terre ferme. Un vrai succès de l’évolution!

Mais tout ça va être mis à rude épreuve: en 20 millions d’années, 75% de toutes les espèces du Dévonien vont disparaître. Pourquoi? Les scientifiques ne le savent pas encore très bien mais ils pensent que plusieurs galères se sont combinées.

  1. Les plantes terrestres devenant de plus en plus robustes, elles ont envahi les continents. En se décomposant, elles ont créé d’énormes quantité de matière organique qui s’est peu à peu accumulée dans les océans, ce qui a conduit à la prolifération d’algues toxiques, qui ont peu à peu empoisonné les organismes marins.

  2. Il est possible aussi qu’un épisode d’intenses éruptions volcaniques ait provoqué des pluies acides et toxiques.

  3. Enfin, selon une étude très récente, la couche d’ozone aurait été fortement altérée à l’époque, exposant toute forme de vie aux dangereux rayons ultra énergétiques en provenance du Soleil et de la galaxie…

À la fin du Dévonien, c’est le chaos. Mais ça n’est rien à côté de ce qui attend les espèces du Permien quelque 100 millions d’années plus tard.

La troisième extinction de masse, la pire!

Il y a 250 millions d’années, 95% des espèces marines et 70% des espèces terrestres ont disparu en seulement 60’000 ans. C’est la grande extinction la plus dévastatrice qu’a connu notre planète.

Le coupable, c’est un super volcan. C’est comme le Yellowstone qui se réveille dans le film «Super Volcano», mais en bien pire! Un volcan situé dans l’actuelle Sibérie a en effet éjecté des millions de kilomètres-cubes de lave durant des milliers d’années quasiment sans interruption. Ces quantités astronomiques de lave ont recouvert un territoire quasiment équivalent à celui de l’Europe occidentale.

Via ce super volcan, des milliards de tonnes de carbone ont été injectées dans l’atmosphère. Si vous avez vu notre vidéo sur le changement climatique, vous connaissez le résultat: l’effet de serre a considérablement augmenté, et les températures sur Terre et dans l’eau ont grimpé en flèche. A l’équateur, la température de surface des océans a carrément atteint 40°C, la température parfaite pour un spa, mais totalement impropre à la plupart des organismes…

Après le chaos, la Terre connaît un sursaut de vie. Les survivants du cataclysme se diversifient rapidement en de nombreuses espèces et c’est d’ailleurs à peu près à cette époque que les premiers dinosaures font leur apparition.

La quatrième extinction de masse

Il y a 200 millions d’années, durant l’ère du Trias, 80% des espèces disparaissent probablement à la suite d’un autre épisode volcanique majeur. Un gigantesque rift volcanique ouvre en deux la Pangée, l’immense continent unique de l’époque.

Les dinosaures ne font pas partie des espèces rayées de la carte par cette 4e extinction. Durant les 140 millions d’années qui vont suivre Diplodocus, stégosaures, vélociraptors et autres T Rex vont donc devenir les rois du monde. Jusqu’à…

La cinquième extinction de masse

C’est la plus connue de toutes, celle qui a inspiré aux scénaristes d’Hollywood le plus de films d’apocalypse, plus ou moins réussis, de «Deep Impact» à «Greenland» en passant par «Armageddon»: il y a environ 66 millions d’années, entre l’ère Crétacé et l’ère Tertiaire, un astéroïde de 10 km de diamètre a percuté la Terre dans ce qui est devenue la péninsule du Yucatan, au Mexique.

Le terrible impact a propulsé des millions de tonnes de poussière dans l’atmosphère ce qui a bloqué le rayonnement solaire et provoqué un brutal changement climatique.

Les scientifiques pensent aujourd’hui qu’une catastrophe s’est ajoutée au chaos: un autre supervolcan, cette fois située sur l’actuelle Inde, a craché une fois encore des millions de tonnes de laves et perturbé un climat déjà complètement détraqué.

Ce double cataclysme a éradiqué 76% de toutes les espèces présentes sur Terre au Crétacé dont l’immense majorité des dinosaures. Les seuls dinos qui en ont échappé, des petits théropodes, ont évolué pour peu à peu devenir tous les oiseaux actuels.

Voir aussi: Que deviendrait la Terre sans les humains?

Vous avez peur de la fin du monde? Peur qu’un astéroïde nous tombe sur la gueule ou que le Yellowstone se réveille? Pourtant la plus grande menace qui pèse aujourd’hui sur les écosystèmes… c’est vous. Nous, aussi. A cause des activités humaines, les espèces disparaissent à un rythme 100 fois plus soutenu que celui de la valse naturelle. Et oui, nous sommes bien partis pour provoquer la 6e grande extinction de masse.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.