| | Vidéo

VIDÉO - La maltraitance animale expliquée par Pokémon

Difficile à définir, le concept de maltraitance animale regroupe tout acte allant à l’encontre du bien-être des animaux. C’est aussi le sujet de cet épisode bonus de Popscience, qui va expliquer ce concept grâce au célèbre jeu Pokémon. Et si Pikachu et compagnie étaient en fait maltraités? C’est la question à laquelle tente de répondre cet épisode de PopScience (voir la vidéo ci-dessus).

Même si ce n’est qu’un jeu vidéo, ou un dessin-animé, Pokémon, dont le principe est la capture d’animaux pour les pousser à se battre dans des arènes, a rapidement été pointé du doigt pour les nombreux exemples de maltraitance.

Capture, combat et spectacle. En 2012, l’association PETA détournait déjà l’univers Pokémon pour en dénoncer la cruauté sous-jacente. Mais selon la sensibilité de chacun, la maltraitance animale peut comprendre des actes très différents. La déclaration universelle des droits de l’animal, proclamée en 1978, ne protège évidemment pas Pikachu, Carapuce et autres créatures imaginaires. On y retrouve cependant comme actes de maltraitance:

  • Les actes violents et cruels

  • La capture, la chasse ou la pêche à des fins autres que vitales

  • Des conditions d’élevage contraire au bien être de l’animal… dans des Pokéballs par exemple!

  • La mise à mort d’un animal le faisant souffrir

  • Le manque de soins et la mauvaise alimentation

  • Les exhibitions et spectacles violents

Et concernant l’expérimentation animale? Elle ne peut se faire qu’en cas de réelle nécessité, éviter les souffrances physiques et psychiques et être remplacée par d’autres méthodes d’expérimentation chaque fois que possible.

Dans le monde réel. Sans valeur juridique, cette déclaration sert néanmoins de base à de nombreuses lois nationales et internationales mais qui laissent encore passer plusieurs exceptions:

  • En Chine, l’expérimentation des produits cosmétiques sur des animaux reste obligatoire.

  • En Suisse, les combats d’animaux sont interdits mais les combats de reines ont toujours lieu en Valais.

  • En Espagne et dans le Sud de la France, la corrida est autorisée, au nom de la tradition.

  • Un prétexte qui permet également aux îles Féroé d’organiser tous les ans le Gringadrap, le massacre de centaines de dauphins.

Et dans l’univers Pokémon aussi?

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!