VIDEO - Comment la science a-t-elle fait gagner des guerres?

La guerre impose des contraintes extrêmes aux peuples: il s'agit, si l'on schématise, de causer rapidement le plus de pertes dans le camp adverse, si possible avec des machines sophistiquées pour décourager l'ennemi et ne pas se faire ratatiner. Et ça, Vladimir Poutine l’a bien compris. Et qui est-ce qu'on appelle pour concevoir des machines toujours plus performantes et gagner la guerre? Les scientifiques! Un nouvel épisode de PopScience à découvrir ci-dessus.

La science et la guerre. La science, c'est cette noble entreprise désintéressée qui vise à comprendre le monde qui nous entoure, à connaître nos origines et aussi à nous faciliter la vie. Mais des fois, la science, c’est aussi l’outil de la guerre.

Et ça a été particulièrement le cas au 20e siècle durant les deux plus grands conflits de l'histoire: la Première et la Seconde Guerre mondiale.

Durant la Première Guerre mondiale, des chimistes allemands mettent au point des gaz toxiques pour tuer en masse, des travaux qui seront d'ailleurs repris pour concevoir le zyklon, un gaz utilisé par les Nazis dans les chambres à gaz quelques années plus tard.

Durant la Seconde Guerre, la science va carrément jouer un rôle crucial et permettre aux Alliés de l'emporter. Je vous donne quelques exemples marquants:

  • Le radar, cette technique qui permet de détecter des objets qui ne sont pas à portée de vue, comme des sous-marins ou des avions, en faisant rebondir dessus des ondes radio, a été inventé en Angleterre par Sir Watson Watt en 1935. Les Alliés avaient donc une longueur d’avance sur les Allemands, ce qui leur a permis de remporter la bataille d'Angleterre, véritable tournant de la guerre. Ils ont d’ailleurs pris soin de conserver leur avance en perfectionnant la technique aux États-Unis dès 1940 grâce au travail de 4000 chercheurs!

  • Mon deuxième exemple, vous le connaissez sans doute si vous avez regardé The Imitation Game. Ce film raconte l’histoire vraie d’Alan Turing. Durant la guerre, ce mathématicien de génie a été mobilisé par les services secrets britanniques pour déchiffrer les messages codés que s’envoyaient les militaires allemands via la machine Enigma. On estime aujourd’hui que son travail a été si déterminant qu’il a raccourci la guerre de sept ans. Et au passage, ces travaux ont permis de développer les ordinateurs tels qu’on les connaît aujourd’hui.

  • Le troisième exemple, c’est le plus connu: la bombe atomique. Effrayés à l’idée que les Nazis ne la développent en premier, Albert Einstein et d’autres scientifiques alertent le Président des Etats-Unis, Théodore Roosevelt. Des centaines de physiciens sont alors envoyés dans un laboratoire ultra secret pour concevoir les bombes Little Boy et Fat Man, qui seront larguées sur Hiroshima et Nagasaki.

Et les avancées? Si les recherches fulgurantes qui ont été menées durant la guerre sur la bombe atomique n’ont pas franchement fait beaucoup pour le bien-être de l’humanité, d’autres efforts scientifiques de guerre ont quand même accouché d’inventions utiles:

  • le four à micro-ondes résulte directement des recherches sur le radar,

  • la pénicilline a été considérablement développée pour soigner les soldats

  • et les fusées ne sont autres que les filles spirituelles des missiles V2 mis au point par les Allemands.

Moralité: la science et la guerre, c’est une relation un peu compliquée!