Une vague de chaleur inédite sur les pôles préoccupe les climatologues

Morceau de glace fondue dans la mer arctique, près du passage du Nord-Ouest. | Keystone / AP / DAVID GOLDMAN

Au niveau des pôles, le thermomètre s’affole: 40°C de plus que les moyennes saisonnières en Antarctique, et +30°C en Arctique. Cet épisode n’a rien d’un redoux printanier: ses proportions inédites inquiètent les climatologues, qui craignent qu’un point de rupture ne soit bientôt atteint.

Pourquoi c’est important. Le Giec, dans son rapport publié en août 2021, rappelait que la fonte des calottes glaciaires pourrait rapidement devenir irréversible. Et pour cause: la glace, de couleur blanche, réfléchit davantage le rayonnement solaire que la mer, plus sombre, qui l’absorbe. Au risque d’accélérer encore le réchauffement. Selon James Hansen, ancien chef scientifique de la Nasa, cité par le Guardian, la glace de mer en Arctique pourrait atteindre cette année son plus bas niveau depuis dix ans.

link

A lire sur le Guardian (EN)