| | Radar

Un doctorant de l'Unil rafle le premier prix de «Ma thèse en 180 secondes»

Yohann Thenaisie lors de la finale suisse du concours, le 21 mai 2021 | YouTube/Cuso/MT180 Suisse

Une silhouette longiligne et dégingandée entre en scène pour la finale internationale du concours «Ma thèse en 180 secondes» (MT180). Yohann Thenaisie, doctorant à l’Université de Lausanne, commence alors à expliquer son sujet de thèse. Concrètement, comment un implant dans le cerveau peut aider les personnes de la maladie de Parkinson à garder leur mobilité. Et pendant les trois minutes, durée de l’exercice imposé par le concours, on boit ses paroles. Vainqueur en mai dernier de la finale suisse, le jeune chercheur a remporté le 30 septembre la finale internationale.

Pourquoi c’est intéressant. Pour illustrer le rôle des neurotransmetteurs dans la maladie de Parkinson, et la façon dont un implant permet de limiter la perte de mobilité, le jeune chercheur convoque des métaphores musicales: certains neurotransmetteurs jouent le rôle de chef d’orchestre pour les neurones. Lors de la finale parisienne, les deuxième et troisième places reviennent à la Sénégalaise Aminata Sourang Mbaye Diouf pour son travail sur la transmission des entreprises familiales au Sénégal, puis au Béninois Manhougbe Probus A. Farel Kiki, distingué pour sa thèse intitulée «Capteurs et réseaux intelligents de surveillance en environnement agricole: application à la chenille légionnaire d’automne en Afrique de l’Ouest».

link

A lire dans Le Temps