Un cerveau britannique de 2600 ans, incroyablement conservé, livre peu à peu ses secrets

Photographie du cerveau de 2600 ans | Axel Petzold

Il avait été retrouvé en 2008 à Heslington, petit village anglais de la banlieue d’York. Ce crâne humain de 2600 ans contenait un cerveau exceptionnel par son état de préservation, ce qui n’a pas manqué d’étonner la communauté scientifique. Des chercheurs du University College London ébauchent désormais un début d’explication, à travers des résultats publiés dans le Journal of The Royal Society Interface, relayés par The Irish News.

Pourquoi c’est intéressant. Les chercheurs ont passé un an à méticuleusement déplier certains filaments de protéines servant de support aux cellules du cerveau, incroyablement bien préservées. Et cela alors qu’elles se décomposent normalement rapidement après la mort sous l’action de plusieurs enzymes, un phénomène appelé autolyse. «Quelque chose de cruel a dû arriver à cette personne », explique l’auteur principal Axel Petzold, soulignant que la personne a vraisemblablement été décapitée. Les chercheurs imaginent qu’un fluide acide, ayant par la suite pénétré le cerveau, aurait permis l’incroyable préservation de ces protéines, mais au prix d’une dégradation accrue d’autres matières biologiques, comme le collagène.

link

Lire l'article dans The Irish News