Reservé aux abonnés

Quand la terre vire au désert: comment sauver les derniers sols?

Des travailleurs chinois plantent des arbres pour lutter contre la déforestation, dans la province du Hubei. | DIEGO AZUBEL/ AP/ KEYSTONE

Du 9 au 20 mai, la COP15 contre la désertification accueille des dirigeants de 197 pays à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Qualifiée du «plus grand défi environnemental de notre temps», la désertification touche déjà 500 millions de personnes dans 168 pays et un tiers des surfaces de la planète. Un phénomène qui s’accélère, notamment avec le réchauffement planétaire. Ou quand le sol se dérobe sous les pieds de l’humanité…

Pourquoi le sol est important. Le sol, épiderme vivant de la planète, fournit 99% de la nourriture dont dépend l’humanité. Surexploité par les activités humaines, il s’érode, s’assèche et s’épuise: selon les Nations unies, 40% des terres mondiales sont déjà dégradées, affectant la moitié de la population mondiale. L’agriculture intensive, responsable de 90% de la déforestation mondiale, est montrée du doigt.

Face à cette détérioration globale des sols, les zones arides – qui englobent près de la moitié des surfaces émergées du monde – sont particulièrement vulnérables. Couplé au réchauffement planétaire, le phénomène s’intensifie et s’accélère — la dégradation des terres s’effectuant à un rythme 30 à 35 fois plus rapide aujourd’hui qu’historiquement. En continuant sur cette lancée, une superficie supplémentaire équivalant à l’Amérique du Sud pourrait être dégradée d’ici 2050.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous