| | Question

Peut-on relativiser le rôle de l'humain face au climat?

Crue du lac de Bienne le 16 juillet 2021. | Keystone / Jean-Christophe Bott

Votre question. Par courriel, un lecteur, ancien physicien, nous transmet un argumentaire à rebours du consensus scientifique sur l’évolution du climat, attribué au guide de haute montagne bernois Werner Munter. Notre lecteur nous questionne sur la crédibilité scientifique du propos, qui met en doute la responsabilité humaine vis-à-vis du changement climatique.

Un bref extrait permet de rapidement planter le décor. Car selon Werner Munter,

la thèse officielle sur le climat viserait «à nous culpabiliser», les scientifiques du Giec mentiraient «pour préserver des intérêts économiques, dont les leurs car il y a tout un business derrière la lutte contre le réchauffement». (sic)

La réponse de Sarah Sermondadaz, responsable (désabusée) du Flux Sciences et Climat. Cher Monsieur, merci de nous avoir transmis cette question. J’ai longuement hésité entre une réponse privée par courriel et une longue réponse à travers un article public: n’est-ce pas accorder trop d’importance à ce genre de thèse climatosceptique? Mais au vu de la gravité des enjeux climatiques actuels, j’ai choisi la seconde option.

Sur le fond comme sur la forme, les propos rapportés sont problématiques. Aujourd’hui, s’il fallait encore s’en convaincre face à la recrudescence de catastrophes déclenchées par la crise climatique, la réalité du changement climatique et la responsabilité humaine sont des faits bien établis, comme le rappelait notre tableau de bord climat, publié courant juin. Et quelques vérifications suffisent à rapidement déconstruire l’argumentaire présenté ici.

Cet article est réservé aux abonnés.