| | Reportage

On a poussé la porte du nouveau laboratoire P3 de Genève

Arnaud Zwygart, assistant de recherche en microbiologie et medecine moleculaire de la faculte de medecine de l'UNIGE, fait une demonstration dans le nouveau laboratoire P3 du Centre medical universitaire (CMU). | Keystone / Sandra Hildebrandt

L’Université de Genève vient d’inaugurer un laboratoire de virologie de niveau de sécurité P3. Installé dans les locaux du Centre médical universitaire (CMU), au cœur de la ville et à deux pas des autres laboratoires sécurisés des HUG, il permettra de mener des recherches sur des virus à transmission aérosol, coronavirus en tête. Heidi.news a pu visiter ce laboratoire, avant son entrée en fonction prévue le 1er novembre.

Pourquoi c’est intéressant. La pandémie de Covid-19 a pointé la lumière sur les recherches en virologie et le risque potentiel d’échappement de laboratoire – une hypothèse toujours en lice pour expliquer l’apparition de Sars-CoV-2, même si ce n’est pas la plus plausible. Pour contrôler ce risque, les laboratoires font l’objet de normes de sécurité drastiques et d’un contrôle fédéral, destinés à empêcher toute fuite de cet ennemi invisible et volatile.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.