| | News

Michel Jarraud: «Chaque COP a une dynamique différente»

L'ancien chef de l'Organisation météorologique mondiale, Michel Jarraud, qui a connu plus de 15 COP, affirme que chaque conférence est différente.| Keystone/Salvatore Di Nolfi

Cet article a été publié une première fois en anglais par Geneva Solutions.

Les négociations très attendues sur le climat démarrent à Glasgow aujourd’hui, dans un contexte où il est clair que les pays sont en retard pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Un rapport de l'ONU révélait récemment que, compte tenu des promesses climatiques des pays, le monde se dirige vers une hausse de 2,7°C des températures mondiales, dépassant ainsi l'objectif de 2°C fixé à Paris en 2015.

Michel Jarraud, secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM ) de 2004 à 2015 et président de UN Water de 2012 à 2016, a vu l'accord de Paris se concrétiser. Alors que les dirigeants se réunissent pour un nouveau sommet sur le climat, pour faire le point sur les progrès réalisés, des questions allant de la fourniture de financements pour aider les pays vulnérables à faire face aux impacts climatiques, à la tarification du carbone, au choix de la meilleure voie pour réduire les émissions seront sur la table. Michel Jarraud, qui a vu passer d'innombrables COP, a détaillé pour Geneva Solutions des défis auxquels les négociateurs seront confrontés sur certains des sujets les plus controversés.

Geneva Solutions —  La COP26 est censée être un moment de vérité, mais la plupart des pays n'ont pas renforcé leurs plans climatiques. Les économies riches n'ont pas tenu leurs promesses de financement et très peu ont pris des engagements nets zéro. La COP de cette année pourrait-elle mener au désastre?

Michel Jarraud — J'ai assisté à plus de 15 COP et chacune a une dynamique différente. Il est donc difficile de prévoir à l'avance ce qui va se passer, car nombre d'acteurs et de pays ne veulent pas mettre toutes leurs cartes sur la table avant le début des négociations.

A Copenhague en 2009, il y avait une grande dynamique, le slogan était 'concrétiser un accord' (seal the deal). Mais cela n'a pas fonctionné, probablement parce qu'à cette époque les attentes étaient irréalistes. Ils étaient bons du point de vue climatique, mais un certain nombre de pays n'étaient pas prêts à les accepter. Juste avant la conférence, le quatrième rapport d'évaluation du GIEC a été publié, et il y a eu beaucoup d'efforts de lobbying de la part des sceptiques pour tenter de saper ses conclusions scientifiques, et même les scientifiques eux-mêmes. C'était une situation déplorable qui a contribué à un résultat décevant.

A Paris, c'était tout le contraire. Il y avait aussi un rapport d'évaluation publié juste avant la conférence, et c'était la première fois dans ma longue expérience avec les COP que toutes les délégations de tous les pays prenaient vraiment cette information au sérieux. C'était très intéressant, car la négociation n'était pas basée sur des «fake news». Même les pays les plus réticents à agir n'ont pas contesté les bases scientifiques.

Et cette année? Les États ont-ils au moins une idée claire de ce qu'ils veulent réaliser lors de ce sommet?

Les attentes peuvent être très différentes selon les pays. Certains pays, comme de nombreux pays européens, savent, sur la base du rapport du GIEC, que si nous prenons au sérieux l'objectif de 2 °C, nous devons avoir un pic d'émissions d'ici 2030 et atteindre zéro net d'ici 2050 environ. Le PNUE a publié son rapport annuel sur les émissions, qui montre l’écart entre ce qui est requis et ce qui a été promis par les Etats. Il montre que cet écart se réduit trop lentement. Donc, l'un des grands défis de la COP sera d'embarquer plus de pays — et nous pensons aux grands émetteurs, comme l'Union européenne, les États-Unis, le Canada, l'Australie, sans oublier la Chine, la Russie, l'Inde, Brésil et quelques autres. Beaucoup de ces pays ont pris des engagements, mais ceux-ci devront être renforcés si nous voulons respecter l’accord de Paris.

Des dirigeants comme le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping ont dit qu'ils n'iraient pas à Glasgow. Pourra-t-on encore dégager des engagements forts dans ces conditions?

Vous pourriez interpréter cela comme une sorte de signal politique. S'ils annonçaient qu'ils viennent, nous saurions qu'ils feraient probablement une annonce importante. Mais cela ne veut pas dire que rien ne se passera et je suis sûr qu'il y aura de grandes délégations de Chine, d'Inde, de Russie et de tous les autres pays, car certains pays essaient de lier plusieurs éléments, par exemple un engagement avec un accord sur le financement ou transfert de technologie. La Chine a fait des annonces importantes récemment, comme ne plus soutenir la construction de centrales au charbon dans d'autres pays. Vous pouvez dire que ce n'est pas suffisant, mais c'est certainement une étape importante par rapport à ce que nous avons vu auparavant.

Le méthane est le deuxième gaz à effet de serre contribuant au changement climatique après le CO2. En quoi est-ce important pour les discussions sur le climat?

Le méthane est en effet un gaz à effet de serre plus puissant que le CO2, mais dont les concentrations sont bien plus faibles. Les molécules restent aussi moins longtemps dans l'atmosphère, donc après 50 à 70 ans une fraction importante du méthane émis disparaît. Il existe plusieurs sources d'émissions de méthane. L'un d'eux est l'agriculture, par exemple les vaches et les rizières émettent une quantité importante de méthane, mais aussi l’extraction du pétrole. Dans ces secteurs, on pourrait réaliser des gains rapides, pour réduire le méthane très rapidement et à un coût raisonnable.

Si cela est si facile, dans une certaine mesure, pourquoi n'avons-nous pas d’objectif clair sur le méthane?

Parce que ça a quand même un coût. Il faut trouver une solution pour s'assurer que le coût peut être supporté. Je pense personnellement qu'il peut être géré, mais aussi qu’après, le méthane doit être stocké quelque part. De nombreuses solutions ont été proposées, par exemple dans certains endroits souterrains. Il y a quelques problèmes techniques, mais c'est certainement quelque chose qui mérite d'être traité assez rapidement. Ce ne serait pas suffisant pour résoudre le problème, mais ce serait une contribution importante.

Un autre sujet brûlant sera de fixer les règles d'un marché mondial du carbone. Peut-on s'attendre à ce que les pays parviennent à un accord?

S'il y avait un accord de principe pour mettre un prix sur le carbone, ce serait déjà un grand pas. Je ne m'attends pas à ce que la COP soit d'accord sur le mécanisme exact, que vous appeliez cela une taxe ou autre chose — laissons cela aux politiciens, aux économistes et aux hommes d'affaires qui peuvent trouver la meilleure façon de le faire, qui soit compatible avec les règles de l'Organisation mondiale du commerce. Il est essentiel d'avoir quelque chose qui respecte le fair play et ne puisse pas être utilisé par certains pays au détriment d'autres pays.

La compensation carbone est-elle une mesure nécessaire pour atteindre les objectifs de Paris ou ne fera-t-elle que retarder la décarbonation de l'économie?

Il n'y a pas de réponse facile. On peut le voir dans les deux sens. Lorsque ce mécanisme a été mis en place, il y a eu une discussion pour savoir s'il affaiblirait l'effort de réduction des émissions, les pays développés ne faisant que transposer le problème à d'autres endroits. Dans le même temps, il est bon d'aider les pays en développement à réduire eux-aussi leurs émissions. N'oublions pas que le but ultime est de réduire les émissions le plus rapidement possible.

Cela signifie-t-il que cela contribuerait à réduire les émissions?

Peut-être. Tout dépend du prix de ces crédits. Le prix sera-t-il réaliste ou non? Nous en revenons à cette question du prix du carbone. Par exemple, si vous voyagez en avion, vous pouvez compenser vos émissions en payant un peu d'argent à titre de compensation. Mais ce prix, à mon avis, est très faible, donc cela ne dissuade pas les gens d'émettre, car il est bon marché de compenser ces émissions. Nous devons décourager les gens à travers les prix. Mais en ce moment, le découragement n'est pas là. C'est tout le contraire. Nous avons encore d’énormes subventions aux combustibles fossiles. Je ne suis pas économiste, je ne peux pas vous dire quel est le meilleur mécanisme, mais je sais qu'il est important d'encourager une approche plus verte et en même temps d'analyser les coûts réels du carbone car quand on émet du CO2, cela a un coût pour l’économie et pour le futur.

L'énergie nucléaire a fait les gros titres ces dernières semaines, la France et le Royaume-Uni annonçant de nouveaux investissements importants. Cette COP pourrait-elle marquer le retour du nucléaire?

Oui, dans un sens. C'est dans le dernier rapport du GIEC. Les défis avec l'énergie nucléaire sont ceux liés aux déchets et aux catastrophes comme celle de Fukushima, qui restent dans les esprits comme un événement traumatisant. Personnellement, je pense que l'énergie nucléaire ne doit pas être exclue par principe, bien sûr, une fois que vous tenez compte des défis et des dangers spécifiques de l'énergie nucléaire. Comme s'assurer que les centrales nucléaires ne se trouvent pas dans des endroits où il peut y avoir des dommages liés à des tremblements de terre, notamment.

Je préférerais un monde sans énergie nucléaire, mais nous ne pourrons pas atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sans elle. Nous avons mentionné plus tôt cet horizon de 2,7 ºC, mais c'est uniquement si les promesses sont tenues. Nous sommes actuellement en route pour 3 à 4 °C ou peut-être encore plus. C'est tragique, alors oui, il y a un risque avec l'énergie nucléaire. Le risque avec un réchauffement de 4°C est-il plus grand? À mon avis, oui.

Vous travaillez actuellement à un rapport sur la dimension climatique de la Genève internationale. La Genève internationale doit-elle jouer un plus grand rôle dans les discussions mondiales sur le climat?

Il y a beaucoup d'acteurs évidents à Genève, comme l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui travaillent sur les questions liées au climat. Mais il y a aussi d'autres acteurs pertinents. L'OMS en est évidemment un, car tant de maladies sont liées au climat ou à des paramètres météorologiques. À l'OMC aussi, car de nombreux éléments commerciaux interagissent avec le climat. Il y a aussi d'autres acteurs du secteur privé ou des institutions académiques, comme le Graduate Institute où il y a tout un département sur l'environnement.

L'esprit du rapport sur lequel je travaille est d'analyser les différentes interactions entre ces acteurs. Comment obtenir les meilleures synergies et que pourrait-on faire à l'avenir pour mieux exploiter cet énorme potentiel à Genève? Est-il utilisé de manière optimale? La réponse honnête est probablement non, mais alors que pouvons-nous faire pour améliorer cela?

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!