Reservé aux abonnés

Lucifer, Balrog, Total: faut-il donner un nom à la vague de chaleur qui déferle sur l'Europe?

Prévisions du modèle météo européen pour samedi 18 juin, 13h, simulation du 14 juin 2022. | ECMWF

Cette semaine, une vague de chaleur précoce s’abat sur l’Europe. Elle touchera la Suisse à partir de samedi 18 juin. En cause, un mécanisme météo appelé «plume de chaleur»: de l’air chaud venu d’Afrique remonte au Nord, sous l’influence d’un anticyclone qui se rapproche des côtes du Portugal. Des températures supérieures à 30°C, parfois même à 40°C, sont prévues sur une bonne partie de la France. Des records de températures pourraient aussi être battus en Suisse, comme l’expliquait MeteoSuisse. En cause, le changement climatique.

Pour marquer davantage les esprits, faudrait-il nommer ces épisodes, de la même façon que sont baptisés les ouragans et les tempêtes? C’est l’idée sérieusement avancée par des climatologues et météorologues, et même des économistes. Des noms comme Lucifer, Balrog, ou même TotalEnergies (oui, vraiment!) sont évoqués. Il faut dire que l’ambiance est à la fournaise.

Pourquoi c’est une bonne question. Les canicules se suivent et ne se ressemblent plus, elles s’aggravent. Avec la hausse des températures, les épisodes sont de plus en plus fréquents, de plus en plus tôt dans l’année, dans plusieurs régions à la fois et plusieurs fois par an. S’il est encore facile de savoir de quelle canicule on parle, par exemple pour celle de 2003, la question risque de se compliquer à l’avenir: lorsqu’on évoquera à l’avenir la canicule de 2022, comment savoir si on parle de celle qui a accablé l’Inde et le Pakistan en avril, de celle qui s’apprête à toucher l’Europe, ou d’une future canicule à la fin de l’été? Nommer clairement ces épisodes permettrait de limiter les quiproquos.

D’un Lucifer à l’autre, le baptême… du feu. En 2021, les médias et réseaux sociaux italiens avaient affectueusement surnommé «Lucifer» une vague de chaleur sans précédent pour la Botte, où des températures record de 48,8°C avaient été enregistrées en Sicile. Les Italiens sont créatifs! Sauf qu’en 2017, une précédente vague de chaleur en Italie avait déjà bénéficié du même sobriquet… Comment savoir de quel Lucifer on parle?

Pour marquer les esprits, l’agrométéorologue français Serge Zaka n’a pas hésité à proposer, sur les réseaux sociaux, plusieurs idées tout droit venues de l’Enfer: Balrog, Sheitan, Belzébuth ou Cerbère!

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous