| | News

Les youtubeurs sont-ils des journalistes scientifiques comme les autres?

Valentine Delattre tient la chaîne Science de Comptoir sur Youtube. Elle est aussi journaliste scientifique pour Sciences et Avenir. Valentine Delattre

Ils parlent de sciences, vulgarisent des thèmes parfois pointus et vont jusqu’à enquêter sur des sujets proches de l’actualité. Le travail des youtubeurs scientifiques ressemblent souvent à s’y méprendre à celui des journalistes scientifiques. Au point de les classer dans la même catégorie?

Pourquoi ça fait débat. La question du statut des youtubeurs scientifiques a été au cœur d’une discussion organisée dans le cadre de la Conférence mondiale des journalistes scientifiques qui se tenait à Lausanne cette semaine. Parmi les intervenants, Viviane Lalande de la chaîne Scilabus, Lê Nguyên Hoang de la chaîne Science4all et le sociologue Joachim Allgaier de l’université d’Aix-la-Chapelle en Allemagne, échangeaient leurs opinions à ce sujet.

Plus de liberté. A la question «Êtes-vous des journalistes scientifiques?» la réponse des deux youtubeurs est nette: Non. Issus tout deux du domaine académique, ils notent surtout une différence de propos. L’un comme l’autre se revendiquent plus comme des vulgarisateurs, traitant peu ou pas de l’actualité scientifique, mais plutôt de curiosités et de sciences du quotidien. Pour Lê Nguyên Hoang, il s’agit aussi d’une question de plus grande liberté dans le sujet et la forme. Très peu se revendiquent journalistes. Viviane Lalande précise cependant:

«Cela n’empêche pas la rigueur. On fait des recherches sur nos sujets, on se documente et, en ce qui me concerne, une fois le script écrit, je le fais relire par des spécialistes pour m’assurer qu’il n’y a pas d’erreur.»

Joachim Allgaier site encore une étude sur les youtubeurs au Brésil:

«La plupart se considère comme des éducateurs, des vulgarisateurs. Très peu se revendiquent journalistes.»

Alliés et concurrents. Tous s’accordent pour dire qu’il ne faut pas voir cette interaction entre youtubeurs et journalistes comme une opposition absolue. Ils sont certes en concurrence pour capter l’attention du public, mais alliés dans la diffusion de la science.

Approches différenciées. Valentine Delattre, qui a assisté à la table ronde, a la particularité de porter les deux casquettes: journaliste scientifique pour Sciences et Avenir, elle anime également la chaîne Science de Comptoir sur Youtube. Si la distinction entre les deux approches semble claire pour certains, ce n’est pas son cas. Nous lui avons posé la question après la conférence:

«Les youtubeurs ne se rendent pas compte qu’ils font un travail journalistique. Il leur arrive quand même de réagir à l’actualité, comme Viviane Lalande a pu le faire pour le crash du Boeing 737 MAX et Léo Grasset, de DirtyBiology, pour les tueries de Christchurch.

Pour le reste, c’est l’équivalent des papiers froids que font parfois les journalistes, quand ils traitent d’un thème sans lien direct à l’actualité.

Les youtubeurs ne savent par toujours en quoi consiste le métier de journaliste. Cela expliquerait pourquoi la plupart d’entre eux ne se revendiquent pas journaliste.»

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!