Reservé aux abonnés

Les forêts suisses rongées par les espèces invasives

Forêt vierge de Derborence dans le canton du Valais. | Keystone / Gaetan Bally

«La forêt souffre», écrit Valentin Queloz, chef du groupe Protection de la forêt suisse, dans la première page du rapport annuel de l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL). Les mélèzes sont attaqués par les champignons et des pucerons, les érables sont nécrosés par des bactéries, et des champignons exotiques traversent la frontière sur les bois d’emballage. Mais les vrais problèmes sont les coléoptères mangeurs de bois, retrouvé en nombre record en 2020.  En effet, les arbres sont rongés par les typographes et scolytes et près de 1,5 million m3 d’épicéa en était infesté en 2021.

Pourquoi on en parle. En 2019, l’IPBES classait les espèces invasives comme cinquième cause du déclin de la biodiversité. Une étude publiée le 31 mars 2021 dans Nature fait état des coûts engendrés par les espèces envahissantes ces 47 dernières années, et arrive à la somme faramineuse de 1300 milliards de dollars, soit environ 27 milliards de dollars par an. Un chiffre sous-estimé, qui pourrait être quatre fois plus élevé selon les auteurs eux-mêmes.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous