Reservé aux abonnés

Les astronomes amateurs, une aide bienvenue pour étudier les comètes... à certaines conditions

La comète Tchouri immortalisée par la mission Rosetta | ESA/Rosetta

Quel autre sujet que l’espace fait autant rêver le grand public? Les astronomes professionnels peuvent justement bénéficier de l’aide du grand public, à travers des projets collaboratifs. Ces derniers sont souvent prometteurs… mais pas toujours au point selon une étude parue dans The Planetary Science Journal, consacrée à l'observation par des amateurs de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, aussi appelée Tchouri. Cette étude entrevoit des pistes d’amélioration.

Pourquoi on en parle. Les sciences participatives (ou citizen science), qui impliquent des bénévoles non-professionnels afin d’en tirer des connaissances scientifiques, existent depuis longtemps en sciences naturelles, par exemple en mettant à profit le travail des ornithologues amateurs. Avec le développement des technologies numériques, cette tendance a investi d’autres domaines, dont l’astronomie. Les conditions de succès sont simples: même si les amateurs ont l’avantage d’être nombreux et passionnés, la clé est de leur faire respecter une méthodologie uniforme…

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous