| | News

Les animaux, maîtres dans l’art de la distanciation sociale

Les mandrills évitent d'épouiller leurs congénères atteints de parasites intestinaux: un exemple parmi mille de la façon dont les animaux se distancient des individus malades au sein du groupe. | Keystone / EPA / Adi Weda

La «distanciation sociale» voilà un terme qui s’est imposé à nous en quelques mois. Les changements, imposés par le coronavirus, dans nos relations avec les autres sont parfois difficiles à accepter et nous semblent peu naturels… Et pourtant! Dans la nature, la distanciation sociale en cas d’épidémie est fréquemment pratiquée, et ce par de nombreuses espèces sociales, des insectes aux mammifères. C’est que nous apprend un article publié dans la revue Proceedings of the Royal Society B le 12 août dernier.  

Pourquoi c’est important. La vie en groupe aurait évolué du fait des avantages qu’elle confère aux animaux: chasser de plus grosses proies, mieux percevoir les dangers, défendre ensemble un territoire, se protéger ensemble contre les prédateurs, ou encore se tenir chaud les uns contre les autres. Mais il y a un désavantage majeur à vivre avec les autres: la transmission facile des pathogènes. Ce risque aurait favorisé l’évolution de comportements qui permettent de limiter les contaminations.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!