Reservé aux abonnés

Le lancement de CHEOPS reporté en raison d'un problème de logiciel sur Soyouz

Le Soyouz sur le pas de tir | Olivier Dessibourg

Ce mardi matin à 8:29 (heure suisse), la décision a été prise de reporter le lancement du premier télescope spatial suisse CHEOPS, prévu un peu plus tard, à 9:54 (heure suisse) depuis la base de Kourou, en Guyane française. En cause: un défaut de logiciel repéré durant la séquence automatique finale du remplissage des réservoirs. «Nous tentons d’identifier le problème avec nos collègues russes, a laconiquement indiqué Stéphane Israël, directeur d’Arianespace, société qui gère les vols des lanceurs européens. Les satellites embarqués sont en sécurité.»

Pourquoi c’est embêtant. Reporter un décollage sur la fusée Soyouz n’est jamais évident, car les conditions de préparation au lancement sont telles que, notamment, les réservoirs de kérosène et d’oxygène liquide du premier étage ne peuvent pas être maintenus remplis au-delà de quelques heures. Les vidanger est possible, mais compliqué. Le satellite suisse, qui devait ausculter des centaines d’exoplanètes pour les caractériser, attendra donc – au moins un jour – pour atteindre son orbite.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous