| | News

Le futur de la recherche suisse se conjuguera sans accord européen

Image d'illustration | MARTIN RUETSCHI/KEYSTONE

Berne a tranché et mis fin ce 26 mai aux négociations sur l'accord-cadre. Depuis 2014, Berne et Bruxelles étaient empêtrées dans des atermoiements sans fin, et n’avaient de cesse de repousser la signature de l’accord qui devait régir leurs relations mutuelles. Une incertitude qui a pesé sur des secteurs comme l’industrie, mais surtout la recherche académique, qui va désormais devoir en assumer les conséquences. Plusieurs chercheurs, dont le prix Nobel Didier Queloz, avaient livré à Heidi.news leur analyse sur les risques encourus en cas d'arrêt des négociations.

Pourquoi c’est crucial. Même si la recherche n’est pas explicitement concernée par l’accord-cadre, l’absence d’accord pourrait compromettre la participation suisse au programme-cadre européen pour la recherche, Horizon Europe. Pour la Confédération, le risque est de voir la recherche helvétique reléguée à l’arrière-plan par rapport à ses partenaires - et compétiteurs - européens.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!