| | Radar

Le gazon, pas si écologique que ça

Image d'illustration | Pixabay

L’image est bien connue: une pelouse verte fraîchement tondue avant de recevoir les invités pour le barbecue dominical. Mais la pelouse est avant tout un marqueur social, dont les origines remontent au Moyen Âge, lorsque seuls les plus riches pouvaient s’offrir le luxe d’une parcelle de terre non-nourricière, aux vertus strictement décoratives. Au plan écologique toutefois, c’est une autre histoire.

Pourquoi le gazon pose problème. Le gazon à l’anglaise, pour conserver son homogénéité dans le temps, peut être consommateur d’engrais et pesticides. Et surtout, il nécessite beaucoup d’eau, ce qui pose évidemment problème dans un contexte de réchauffement du climat. Même pour la biodiversité au jardin, il n’est pas idéal. Coupées trop souvent, les graminées ne montent jamais en fleur, et n’attirent pas les insectes pollinisateurs. Il existe pourtant d’autres façons de réensauvager nos jardins, pointe l’article du Monde.

link

A lire dans Le Monde

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.