Le conflit russe s'exportera-t-il dans la Station spatiale internationale?

Station spatiale internationale (ISS)

Les tensions entre la Russie et les Etats-Unis du fait de l’invasion de l’Ukraine vont-elles affecter la Station spatiale internationale (ISS)? Des d’incertitudes planent encore sur le tour que prendront dans l’espace les relations entre les deux puissances, mais le segment russe de l’ISS devrait bien rester arrimé au reste de la station. Isoler les modules poserait en effet des problèmes de sécurité. Pour comprendre ce qui est en jeu, le média américain The Verge fait l’analogie avec les tensions russo-américaines lors de l’invasion de la Crimée en 2014.

Pourquoi c’est un enjeu. La Russie est de loin le plus grand partenaire des Etats-Unis dans l’espace. Mais en 2014, le pays était largement dépendant de la Russie: ses vols habités vers l’ISS, après l’arrêt du programme de la navette spatiale américaine, étaient assurés par des fusées russes Soyouz. Toutefois, depuis 2020, SpaceX est en mesure d’honorer son contrat avec la Nasa et d’assurer cette mission. Dernier élément qui compte: en 2021, la Russie avait annoncé se retirer du programme de l’ISS dès 2025 pour développer son propre programme de station spatiale… L’ISS, pour sa part, a déjà vu sa durée de vie prolongée à plusieurs reprises. La dernière date avancée pour la fin des opérations est celle de 2028, mais l’accord intergouvernemental ne court, pour l’instant, que jusqu’à 2024.

link

A lire sur The Verge (EN)