Reservé aux abonnés

Le changement climatique menace les travailleurs d'extérieur et réduit leur productivité

Au Tessin, en juin 2019, un employé communal boit de l'eau alors qu’il fait 38 °C.| KEYSTONE / Ti-Press / Francesca Agosta

Plus le climat se réchauffe, moins on est productif au travail. C’est ce que suggère une récente étude. En tout, 650 milliards d’heures de travail en extérieur seraient déjà perdues chaque année dans le monde en raison de chaleurs et d’humidité intenses. Ce chiffre surpasse largement toutes estimations précédentes.

Pourquoi c’est important. Le dernier rapport du Giec est clair: si on ne parvient pas à limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C, les dérèglements pour l’environnement et la société seront plus rapides et intenses que prévu. Le 6 janvier 2021, une étude alertait déjà qu’il faudra s’attendre à des températures annuelles extrêmes chaque deux ans dès 2030. Une seconde recherche rappelait le lien entre des températures ambiantes élevées et l’augmentation du nombre de visites aux urgences. A présent, c’est l’impact du réchauffement climatique sur la productivité, et par extension sur le produit intérieur brut (PIB), qui est étudié.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous