Le CERN redémarre son plus grand accélérateur de particules à la frontière franco-suisse

Anna Pantelia/CERN

Après une pause de trois ans dans son exploitation, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) a finalement redémarré ce vendredi 22 avril 2022 son célèbre accélérateur de particules, le grand collisionneur de hadrons (LHC) situé à la frontière entre Genève et la France. Le redémarrage était initialement prévu pour la mi-2021. L’arrêt programmé pour travaux — baptisé Long Shutdown 2 — aura duré plus longtemps que prévu à cause de la crise sanitaire. Il devrait rester en exploitation jusqu’en 2038. Des projets existent pour de nouveaux accélérateurs encore plus ambitieux, mais ils en sont encore au stade des discussions.

Lire aussi: Le CERN n'écarte pas de construire un nouvel accélérateur de particules

Pourquoi une pause. Le LHC est connu pour avoir permis de découvrir une nouvelle particule dont l’existence avait été postulée 40 ans plus tôt, le boson de Higgs. Le Long Shutdown 2 a été l’occasion de réaliser un certain nombre d’améliorations techniques, et une troisième et dernière tranche de travaux interviendra encore entre 2025 et 2027. L’enjeu de ces arrêts programmés est de mettre à niveau les équipements pour augmenter le nombre de collisions entre particules— et donc, d’obtenir et exploiter davantage de résultats expérimentaux, comme nous l’expliquions dans notre reportage de 2019. A terme, le LHC générera dix fois plus de collisions qu’avant.

link

Lire le reportage de Heidi.news sur les travaux du LHC