La pandémie rappelle que les modèles scientifiques doivent être au service de la société

Image d'illustration | Pxhere

Trop souvent pensée comme séparée du champ politique, la science est apparue, à la lumière de la pandémie de coronavirus, dans toute sa vulnérabilité. Dans une tribune publiée par la revue Nature, plusieurs chercheurs européens et américains rappellent que les modèles scientifiques, et en particulier ceux utilisés pour définir la réponse politique et prédire l’évolution de l’épidémie, souffrent d’incertitudes. Celles-ci doivent être prises en compte à un niveau politique.

Pourquoi c’est important. Des modèles concurrents sont parfois instrumentalisés par des bords politiques opposés afin de supporter des politiques prédéfinies, expliquent ces chercheurs. Pour éviter que ces modèles ne soient mal utilisés, ils proposent cinq bonnes pratiques. Avoir conscience des hypothèses sous-jacentes, limiter la montée en complexité si cela accroit l’incertitude des prévisions (et donc que cela complique leur emploi politique), ne pas utiliser un modèle à contre-emploi, prendre garde à ne pas perdre de vue les phénomènes à l'œuvre en préférant scruter des indicateurs chiffrés. Et surtout, garder en tête notre propre ignorance. «Encore aujourd’hui, communiquer ce que l’on ignore est au moins aussi important que communiquer ce qui est connu. Et pourtant, les modèles peuvent cacher cette ignorance», écrivent-ils.

link

A lire sur Nature