| | Radar

La banquise arctique à son deuxième plus bas niveau jamais observé

Des icebergs au sud-est du Groenland, en août 2017. | AP Photo/David Goldman

Mi-septembre, chaque année, la glace de mer connaît sa superficie la plus basse dans l’hémisphère nord. Et cette année, les craintes déjà exprimées par les spécialistes en début d’été se sont matérialisées: l’étendue de la banquise arctique est descendue à 3,47 millions de km² le 15 septembre, juste derrière le triste record de la superficie la plus basse (3,4 millions de km²) enregistrée en 2012. C’est très loin de la moyenne de 6,3 millions de km² mesurée à cette période de l’année entre 1981 et 2010, raconte Le Monde.

Pourquoi c’est alarmant. La fonte a été particulièrement spectaculaire la première semaine de septembre, avec des températures supérieures de 6°C à la moyenne en Sibérie. Cet épisode est une étape supplémentaire dans tendance de fond: la glace disparaît davantage en été et se reforme moins en hiver.

Les faibles étendues de ces dernières années sont sans précédent depuis au moins 1000 ans, avait souligné le GIEC dans son rapport sur la cryosphère de 2019. Une étude publiée dans Nature le 14 septembre conclut que, sans limitation des émissions de gaz à effet de serre, l’Arctique sera totalement libre de glace trois à quatre mois par an à la fin du siècle. Cette disparition de la banquise d’été pourrait entraîner des températures de l’air en automne et en hiver 16 à 28°C plus élevées que celles de la fin du XXe siècle.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!