Reservé aux abonnés

L’Union européenne se prépare, dans la douleur, à se passer du gaz russe

Centrale de Gazprom à Bovanenkovo, en Sibérie. | Keystone

L’Union européenne est-elle prête à affronter la crise du gaz, qui se profile pour cet hiver? L’union sacrée tiendra-t-elle face aux conséquences de la pénurie? Et les vingt-sept vont-ils sacrifier leurs impératifs climatiques, pour répondre à l’urgence énergétique?

Autant de questions qui se posent, avant la réunion des ministres européens de l'Energie, qui se tiendra mardi 26 juillet, sous la présidence tchèque du Conseil de l'UE. «Nous devons nous préparer à une éventuelle interruption totale de l’approvisionnement en gaz russe», a déclaré cette semaine la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui propose d’introduire des réductions temporaires de consommation de gaz.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous