Reservé aux abonnés

L’UNIGE limite les déplacements en avion de ses chercheurs

Avion qui atterrit à l'aéroport de Zurich. | Christian Beutler / Keystone

Face au changement climatique, l’Université de Genève veut diminuer de 50% les émissions de CO2 provoquées par les déplacements en avion de son personnel, d’ici à 2030. Elle a présenté mercredi son programme pour atteindre cet objectif. Les vols pour des lieux facilement accessibles en train ne seront plus autorisés.

Pourquoi c’est important. Faire rayonner ses recherches en participant plusieurs fois par an à des conférences, parfois à l’autre bout du monde, est profondément ancré dans la culture académique. Résultat, le transport aérien représente une part importante des émissions des universités. L’UNIGE recense en tout 4000 vols par an, pour la mobilité de ses chercheurs et de ceux qu’elle invite.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous