| | Radar

L'hydrogène bleu britannique serait une fausse bonne idée

Réservoir à hydrogène sur un camion | Gaetan Bally/ Keystone

Dans son plan de décarbonation, le Royaume-Uni compte miser sur l’hydrogène bleu, issu des énergies fossiles, dont le procédé de formation libère du CO2 et du méthane. Des chercheurs de l'Université de Cornell et Stanford, aux États-Unis, ont montré que dans certains cas, l’utilisation de cet hydrogène serait 20% plus polluante que l’usage classique d’énergie fossile. Les scientifiques exhortent les politiques à se concentrer sur l’hydrogène vert, issu de l’extraction du gaz à partir de l’eau en utilisant une électricité produite par les énergies renouvelables, dont le seul déchet est l’oxygène.

Rendez-vous à prendre. Le Royaume-Uni vise un horizon 2050 à zéro émission de CO2 dans lequel l’hydrogène joue un rôle prépondérant. Le gouvernement britannique affirme qu’une combinaison d’hydrogène bleu et vert leur permettrait d’atteindre cet objectif, études indépendantes à l’appui. Le gouvernement devrait donner plus de détails sur sa stratégie hydrogène le mois prochain affirme The Guardian.

link

A lire sur The Guardian

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.