Reservé aux abonnés

Océans, forêts, agriculture: les chiffres noirs de la biodiversité sont pires que prévu

Crabe coincé dans un gobelet aux Philippines. La pollution au plastique a été multipliée par 10 depuis 1980 | Greenpeace via EPA

La Terre a mal sa biodiversité. Au moins un million d’espèces sont ou seront sous peu menacées d’extinction. Et la tendance n’est pas prête de s’inverser, à moins de «profonds changements» dans la manière dont l’homme exploite la nature et s’approprie son environnement. C’est le constat alarmant du rapport mondial de l’IPBES («GIEC de la biodiversité»), dont le résumé a été publié à Paris ce 6 mai.

Pourquoi la situation est critique. Le rapport dresse un tableau noir: la plupart des engagements internationaux en matière de biodiversité (appelés objectifs d’Aichi, adoptés en 2010) ne seront pas tenus d’ici 2020. 75% de l’environnement terrestre et 66% des milieux marins ont été significativement modifiés sous l’influence de l’humanité.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous