Reservé aux abonnés

«Il n’y a jamais eu de volonté de transparence sur les pesticides»

DR

Le 13 juin, les citoyens suisses sont appelés à se prononcer sur trois objets en lien avec l’environnement: le référendum contre la loi sur le CO2, mais aussi les initiatives «Eau propre» et «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse». Directeur du laboratoire de biodiversité du sol à l’Université de Neuchâtel, le professeur Edward Mitchell est membre du comité de l’initiative anti-pesticides de synthèse. Il explique à Heidi.news ses motivations, et comment l’engagement politique peut compléter le travail du chercheur.

Heidi.news — Vous êtes chercheur et en même temps engagé dans le débat public. Qu’est-ce qui vous a décidé à franchir le pas?
Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous