| | News

Il faut s'attendre à des températures annuelles extrêmes chaque deux ans

Le lac de Brenet asséché en octobre 2018. | Keystone / Anthony Anex

D’ici la fin de la décennie, 92% des pays seront exposés à des températures annuelles extrêmement chaudes auparavant considérées comme centennales. C’est ce que révèle une récente étude publiée dans le journal Communications Earth & Environment à laquelle ont participé des chercheurs suisses de l’ETH Zurich. Leur recherche souligne la responsabilité majeure des cinq plus grands pollueurs mondiaux — la Chine, les Etats-Unis, l’Union européenne, l’Inde et la Russie.

Pourquoi c’est important. Comme l’accentue le dernier rapport du Giec, le réchauffement climatique aura des conséquences environnementales, humaines et sanitaires extrêmes appelées à s’intensifier. Cette semaine, une étude révélait le lien entre des températures ambiantes élevées et l’augmentation du nombre de visites aux urgences. Pour éviter le pire, les scientifiques appellent à limiter le réchauffement planétaire à 1,5°C en réduisant drastiquement les émissions de gaz à effet de serre. Pour ce faire, identifier l’empreinte climatique des plus grands émetteurs pourrait être un levier efficace.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!