Reservé aux abonnés

Antonio Loprieno: «Aujourd'hui, la titularisation des professeurs d'université n'a plus lieu d'être. Il faut flexibiliser ces positions»

Antonio Loprieno, président des Académies suisses des sciences. | Gaëtan Bally / Keystone

Les jeunes scientifiques qui veulent poursuivre une carrière académique cumulent souvent les contrats de durée déterminée pendant de nombreuses années. Heidi.news a consacré ce lundi un article fouillé à ce phénomène qui suscite une fronde de plus en plus importante des associations de chercheurs.

Antonio Loprieno, président des Académies suisses des sciences et professeur d’égyptologie à l’Université de Bâle, livre son analyse de la problématique. Il plaide pour une remise en question du statut des professeurs.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous