Reservé aux abonnés

Guillermo Fernandez, gréviste de la faim pour le climat, soutenu par des scientifiques

Guillermo Fernandez, le 29 novembre 2021 | DR

Il s’appelle Guillermo Fernandez et, depuis le 1er novembre, ce père de trois enfants a entamé une grève de la faim. Il y mettra un terme, avait-il annoncé au début de son action, si la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga organise une séance d’information à destination des Parlementaires sur le dernier rapport du Giec. Il bénéficie désormais du soutien d’une vingtaine de scientifiques du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat et de l’Ipbes — plate-forme onusienne équivalente, mais sur la biodiversité.

Pourquoi on en parle. La Conseillère fédérale s’était entretenue avec Guillermo Fernandez le 17 novembre, mais ce dernier poursuit sa démarche, résolu à aller jusqu’au bout s’il le faut. Le 29 novembre, 26 chercheurs suisses du Giec et de l’Ipbes ont signé une lettre de soutien à Guillermo Fernandez.

Lire aussi notre interview de Guillermo Fernandez: «En tant que citoyen, je ne sais plus pour qui voter»

Ce que disent ces scientifiques. Dans leur lettre, ces derniers expliquent être préoccupés par l’état de santé de Guillermo Fernandez, qui entre dans sa cinquième semaine de grève de la faim. Ils indiquent

«soutenir ses demandes pour que les scientifiques du climat et de la biodiversité aient la possibilité d'informer directement le Parlement et le gouvernement suisses des conclusions de nos rapports, et de leurs implications pour la Suisse».

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous