| | Radar

Fuite de pétrole sur la mer Noire lors du chargement d'un bateau

Novorossiisk (image d'illustration) | Ilya Dobrioglo/Creative Commons/Flickr

Lors du chargement du pétrolier Minerva Symphony, sous pavillon grec, une fuite a entraîné le rejet de plus de 100 tonnes de pétrole dans les eaux de la mer Noire, près de la ville portuaire russe de Novorossiisk. L’incident s’est produit le week-end dernier. L’institut russe de recherche spatiale a estimé à l’aide d’images satellites que la nappe de pétrole était étendue sur au moins 80 km² et au delphinarium d’Utrish, à une dizaine de kilomètres, des taches de pétrole sur la surface de l’eau ont été détectées.

Pourquoi on en parle. Reste à évaluer les dégâts. Si le Caspian Pipeline Consortium (CPC), qui assure le passage du pétrole de la mer Caspienne jusqu’à Novorossiisk et contrôle ce terminal, annonçait lundi que l’épanchement d’environ douze mètres cubes de pétrole s’était étalé sur une surface de 200 mètres carrés, le Fonds mondial pour la nature (WWF) affirme que la nappe de pétrole s’était répandue, dimanche, sur une zone de 94km². Les politiques russes cherchent désormais à comprendre les raisons de cet incident.

link

A lire sur Le Monde

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.