Reservé aux abonnés

Feux de forêt et pollution de l'air, une double peine

Autoroute au sud de Bordeaux, le 18 juillet | Keystone / AP / BOB EDME

Le 19 juillet 2022, les habitants de Bordeaux se sont réveillés dans une brume aux effluves de brûlé à cause du déplacement par le vent du panache de fumée des feux de forêts de Landiras et La Teste-de-Buch, à une cinquantaine de kilomètres de distance. Ce ne sont pas les seuls: à plusieurs centaines de kilomètres de là, en région parisienne (et ailleurs en France), on mesurait une importante concentration de particules fines liées à ces feux.

Pourquoi c’est dangereux. On évalue généralement la sévérité des feux de forêt sur la base d’indicateurs comme les surfaces brûlées, le nombre de personnes évacuées, le coût économique… En Europe, leur impact sanitaire est souvent dans l’angle mort. La vague de chaleur a joué un rôle aggravant, avec des conditions de sécheresse augmentant l’intensité des feux d’une part, mais aussi en favorisant la formation d’ozone au sol, un polluant très irritant pour les voies respiratoires. Ce dernier vient encore renforcer la toxicité des fumées.

Lire aussi: Feux de forêts: «Il y aura davantage de régions à risque, y compris en Suisse»

Le constat. Les feux de forêts dans les Landes ont émis dans l’atmosphère des quantités importantes de particules fines, en particulier des PM10 (dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres), dépassant localement le seuil d’alerte.

fire_pm_copernicus_gif_0.gif
Déplacement du panache de fumées le 19 juillet | Copernicus/via Ineris

Les fumées ne sont pas seulement un problème pour les riverains des feux: elles sont transportées dans l’atmosphère au gré de la météo, parfois sur de grandes distances. Le 20 juillet, la pollution aux particules fines demeurait élevée sur une partie de l’Europe, comme le soulignait l’AFP. L'Institut national français de l'environnement et des risques (Ineris) rapporte que des pics ponctuels ont aussi été constatés en Normandie, Bretagne et Pays de la Loire. Des analyses réalisées sur la composition chimique des particules confirment qu’elles proviennent bien des fumées, avec une concentration élevée en carbone suie.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous