Faut-il interdire l'éclairage publicitaire la nuit? La France dit oui

Unsplash / Joshua Earle

Faut-il interdire la publicité lumineuse la nuit? Alors que la question fait débat en Suisse, en France, un nouveau décret s’apprête à prendre le taureau par les cornes. Dans une interview accordée au Journal du Dimanche, la ministre française de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a annoncé l’instauration de deux nouvelles mesures pour économiser de l’énergie:

  • La première généralisera l’interdiction des publicités lumineuses entre 1 heure et 6 heures du matin, peu importe la taille de la ville (auparavant, cela s’appliquait essentiellement aux agglomérations de moins de 800’000 habitants). Seules exceptions: les gares et les aéroports.
  • Le second décret, quant à lui, s’attaquera à l’usage «absurde» de la climatisation et du chauffage, en interdisant aux magasins de climatiser ou de chauffer leurs établissements avec les portes ouvertes. Selon la ministre d’Emmanuel Macron, cela permettrait de réduire leur consommation d’énergie de 20%.

Lire aussi: Peut-on laisser les portes ouvertes dans un commerce climatisé?

Pourquoi c’est important. L’Europe pourrait manquer d’électricité cet hiver. Face au risque accru de black-out, de plus en plus de politiques se prennent au jeu de la sobriété énergétique: consommer moins et réduire le gaspillage. En Suisse, une motion, déposée en décembre dernier par le conseiller national Christophe Clivaz (Les Vert·e·s/VS) souhaite interdire la publicité lumineuse nocturne des enseignes commerciales.

En France, la Convention citoyenne pour le climat avait émis comme suggestion, en 2020, d’interdire les écrans et vidéos publicitaires dans l’espace public, les transports en communs et les points de vente. Une proposition qui fut à l’époque écartée par le président Emmanuel Macron.

Lire aussi notre exploration: Black-out: le talon d’Achille électrique de la Suisse

link

A lire sur la RTS