En Méditerranée, la biodiversité est menacée par la canicule marine

Hiroko Yoshii / Unsplash

Les vagues de chaleur n’affectent pas que les écosystèmes terrestres, mais aussi les fonds marins. En Méditerranée, le mercure affiche par endroits 30 degrés en raison des vagues de chaleur qui sévissent depuis le début de l’été. Un phénomène baptisé «canicule marine» qui tend à augmenter avec le réchauffement climatique. Depuis 1982, c’est la deuxième fois que la mer se réchauffe autant.

Pourquoi c’est inquiétant. Le nombre de canicules marines a plus que doublé depuis le milieu de 20e siècle. Depuis les années 1980, le Centre national de recherches météorologiques (CNRM) de Météo-France remarque non seulement une hausse de la fréquence, mais aussi de l’intensité de ce phénomène. De quoi susciter les inquiétudes de la communauté scientifique: les canicules marines peuvent engendrer des événements de mortalité massive pour les écosystèmes «ancrés» (soit qui s’accrochent à un substrat), qui sont incapables de migrer ou parfois de se reproduire. On estime par exemple que le système reproductif des huîtres ne fonctionne presque plus à partir de 30 degrés.

Si la Suisse est enclavée, la canicule y a également réchauffé les rivières, menaçant la faune et la flore qui y ont élu domicile, comme l’a expliqué à Heidi.news Urs Büchler, président de l’Association suisse des gardes-faune. L’enjeu, nous répètent les scientifiques, est à présent de limiter les dégâts, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre à l’origine de ces réchauffements, qui sont appelés à s’accentuer.

link

A lire sur la RTS