Reservé aux abonnés

L'hydrogène dans les avions: vrai progrès ou green washing?

Un avion Easyjet | Keystone

Diminuer la pollution des avions est une urgence. En attendant – d’ici 15 ans au mieux – l’avion «tout électrique», une solution partielle se profile: l’utilisation, lors du roulage au sol, d’une propulsion combinant une pile à hydrogène et des moteurs électriques. La firme aéronautique Safran et Easyjet conduiront des essais en 2020 autour de ce projet baptisé Hydrocell.

Pourquoi c’est insuffisant. Généraliser l’hydrogène au sol à l’échelle d’une compagnie aérienne comme Easyjet jouerait un rôle dérisoire dans la lutte contre le réchauffement climatique. Les émissions annuelles de CO2 d’EasyJet ne baisseraient au mieux que de 1%, selon les chiffres annoncés. En revanche, l’utilisation de l’hydrogène au sol peut réduire significativement la pollution — et le bruit— dans les aéroports.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous