Reservé aux abonnés

Plus de 90% des fuites d’hydrocarbures dans les océans sont provoquées par l’homme

Photographie aérienne d’opérations de nettoyage d’une marée noire dans la mer de Ventanilla, au nord de Lima, Pérou, 22 janvier 2022. | Keystone / Cristian Olea

A la surface des océans flottent de fines couches de pétrole. Leur origine? La main de l’homme, selon une étude parue ce jeudi 16 juin dans la revue Science. En cartographiant les fuites d’hydrocarbures dans les mers à l’échelle mondiale, une équipe de chercheurs américains et chinois ont découvert que 94% de cette pollution est causée par les activités humaines, et que donc seulement 6% est naturelle.

Pourquoi c’est inédit. Des études précédentes, datant des années 1990-1999, estimaient qu’environ la moitié des fuites d’hydrocarbures marines était d’origine naturelle, et l’autre moitié d’origine anthropique. Une sous-estimation qui s’avère aujourd’hui largement dépassée. Or ces nappes de pétrole flottantes peuvent avoir des effets délétères sur les écosystèmes marins. Identifier les sources de cette pollution pourrait faciliter la protection et la régulation des océans de manière ciblée.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous