| | News

Ecoutez l'étonnante défense chimique des insectes

Jean-Luc Boeve

Des entomologistes belges ont retranscrit en sons les propriétés de molécules chimiques émises par des insectes pour éloigner leurs prédateurs. A l’écoute, ces séquences audio semblent avoir les mêmes propriétés repoussantes sur les humains!

Pourquoi on vous en parle. La sonification —ou transformation de données en sons—est utilisée par les scientifiques pour explorer le Big Data. Elle permet, dans certaines situations, d’extraire des caractéristiques d’un signal noyées dans la complexité d’un jeu de données.

L’expérience relatée dans la revue Patterns n’est, en revanche, guère convaincante.

En quoi consiste cette expérience? Jean-Luc Boevé, entomologiste à l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, étudie depuis trente ans un groupe d’insectes baptisé les mouches-à-scie. Une appellation impropre puisque ces insectes appartiennent à l’ordre des hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis, etc.) et non des diptères (mouches, moustiques, etc). Leur nom vient de la forme en scie de l’organe de ponte des femelles, qui incise la feuille de la plante hôte pour déposer les œufs.

Pour se protéger de la prédation, les larves de ces insectes émettent des substances répulsives, notamment pour les fourmis. Jean-Luc Boevé raconte:

«Comme ces mélanges sont souvent émis en un mélange complexe, j’ai imaginé, en 2009, de transformer les caractéristiques de molécules isolées en sons avant de les mixer pour obtenir d’autres sons. Une manière de faire un parallèle entre d’un côté l’intensité d’un son, son timbre et sa durée, et de l’autre, les quantités émises de molécules, leurs groupes fonctionnels (acide, alcool, cétone, etc.) et leur volatilité.»

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.