Des tremblements de terre récents ravivent les craintes de voir un «Big One» frapper la Californie

Un tremblement de terre en Californie du Sud, le 6 juillet 2019 | MARCIO JOSE SANCHEZ/AP/KEYSTONE

2020 sera-t-elle l’année du redouté «Big One», ce séisme dévastateur qui pourrait survenir le long de la côte ouest des Etats-Unis? C’est ce que craignent plusieurs sismologues américains, dont les travaux ont été publiés dans le bulletin de la société américaine de sismologie, et dont le National Geographic se fait l’écho. Leur argument: les tremblements de terre de Ridgecrest, survenus en 2019 dans la région, auraient affaibli le sous-sol, et en particulier la faille de Garlock, près du désert du Mojave, qui croise celle de San Andreas. De quoi multiplier par trois la probabilité de rupture sismique de la faille de San Andreas.

Pourquoi c’est important. En 1906, un séisme de magnitude 7,9 frappait la région, tuant plus de 3000 personnes dans les environs de San Francisco, un drame qui a marqué les esprits. La probabilité d’un événement d’une telle ampleur a certes augmenté depuis 2019, mais elle demeure assez faible, selon ces chercheurs: 1,15% qu’un séisme de magnitude 7,7 touche San Andreas. Malgré tout, la situation actuelle est dangereuse, car les séismes de l’an dernier ont multiplié par 100 la probabilité que survienne cette année un séisme le long de la faille de Garlock. Par effet domino, un tel séisme augmenterait de 50% la survenue d’un «Big One» au cours de l’année suivante.

link

A lire sur National Geographic