| | Radar

Des groupes d'extrême-droite sèment l’insurrection dans les manifestations aux États-Unis

La police de Nashville a arrêté l’homme qui a mis le feu au tribunal de la ville dimanche et le soupçonne d’appartenir à une mouvance d’extrême-droite./Keystone/Andrew Nelles

C’est une rumeur qui courait sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours mais cette fois c’est le Washington Post qui a mené l’enquête: des activistes pro-armes et suprémacistes blancs s’infiltrent dans les manifestations contre le racisme policier aux États-Unis pour semer le chaos. L’agenda de ces militants n’est cependant pas clair. Ils semblent à la fois être contre la police et contre les manifestants antiracistes. L’enquête montre en tout cas que leurs provocations ne sont pas étrangères aux débordements violents qui ont conduit plus de 40 grandes villes américaines a décréter des couvre-feux.

Pourquoi c’est important. Les manifestations pacifiques qui rassemblent des centaines de milliers de personnes depuis le meurtre de George Floyd par la police de Minneapolis le 25 mai dernier ont débouché sur des débordements violents entrainant une répression policière brutale. Le gouvernement américain a rendu les militants antifascistes responsables de ces violences les désignant même comme groupe terroriste. L’enquête du Washington Post montre qu’une nouvelle extrême-droite souvent issue de groupes apparus sur les réseaux sociaux comme Boogaloo Bois profite de la situation afin d’avancer son agenda insurrectionnel.

link

Lire l’article du Washington Post

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.