Réservé aux abonnés

Père scientifique, fils activiste: «Face à l’inertie sur le climat, se rebeller devient compréhensible»

Antoine Thalmann (en bas) lors d'une action dans la Linmat à Zurich. | Extinction Rebellion Zurich

L’un a choisi la recherche et l’enseignement pour sensibiliser à l’urgence climatique, l’autre a opté pour la désobéissance civile. En septembre dernier, la justice vaudoise condamnait Antoine Thalmann, 30 ans, cofondateur d’Extinction Rebellion Lausanne pour des actions de blocage. Son père, Philippe Thalmann, est professeur en économie de l’environnement à l’EPFL et préside le conseil de fondation du Forum sur le climat (ProClim) de l'Académie suisse des sciences naturelles. Entretien croisé entre un père scientifique et un fils activiste.

Pourquoi on en parle. Le 24 janvier, Antoine Thalmann comparaîtra au Tribunal cantonal lors d’une audience en appel qui aboutira probablement à une nouvelle condamnation, selon son avocat. Le militant vaudois se dit prêt à porter le combat jusqu’à la Cour européenne des droits de l’Homme. En Suisse romande, plus de 200 procès d’activistes pro-climat pourraient suivre cette voie, comme c’est déjà le cas des Aînées pour le climat. Face à l’urgence climatique, les formes d’engagement évoluent et se durcissent.

Réservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous