| | Analyse

COP26: de réelles avancées, mais un accord imparfait

Fin de la session plénière de la COP26 le samedi 13 novembre dans la soirée | Robert Perry / EPA / Keystone

Après avoir joué les prolongations de près de 24 heures, la nouvelle est tombée dans la soirée du samedi 13 novembre: «we have a deal.» Un accord imparfait. D’un côté, il constitue une avancée bienvenue: pour la première fois, le texte mentionne explicitement la sortie des énergies fossiles. Il clarifie aussi, enfin, les règles d’application de l’accord de Paris, et notamment son fameux article 6, sur les échanges de droits d’émission entre pays.

Pourquoi c’est contrasté. Mais les négociations ont aussi été marquées par le clivage Nord-Sud: les pays développés n’ont pas suffisamment répondu aux besoins de financement des pays en développement. Le langage de l’accord a aussi été édulcoré à plusieurs reprises par rapport aux premières versions du texte. «Voici un bref résumé de la COP26: blablabla», a déclaré l’activiste Greta Thunberg. Les 18 prochains mois — et les deux prochaines COP — s’avéreront, une fois encore, déterminants. La COP27, l’an prochain, se déroulera en Egypte.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.