| | News

Comment déterminer le meilleur moment pour cueillir un fruit?

Quand les pêches sont-elles mûres à point ? Une nouvelle méthode pourrait aider les agriculteurs à le savoir. | pixabay/_Alicja_

Cet article a été initialement publié en allemand par notre partenaire éditorial Higgs.ch

Une mangue est-elle encore trop jeune et trop dure, ou au contraire, déjà trop mûre? Pour les agriculteurs, il n’est pas toujours simple de déterminer le moment optimal de la récolte, en particulier pour des fruits comme les mangues ou les poires. La science a (peut-être) trouvé une solution pour évaluer la maturité d’un fruit sans devoir le toucher et risquer de l’abimer.

Pourquoi c’est important. Acheter un fruit mûr à point dans un supermarché est un vrai défi. Pour les agriculteurs, il est très difficile de déterminer le bon moment pour récolter les fruits. Jusqu’ici, ils utilisaient des critères plutôt vagues, comme la taille du fruit, sa forme et sa couleur, ou encore son arôme avant la récolte. Ici, ce sont les particularités d’un type d’onde acoustique — les ondes de Rayleigh — qui sont exploitées.

Quand récolter? Pour les agriculteurs, il est délicat de déterminer le bon moment pour récolter les fruits. Souvent, ce sont des critères assez vagues qui sont utilisés, comme la taille du fruit, sa forme et sa couleur, ou encore son arôme avant la récolte.

Il existe aussi des méthodes mécaniques pour déterminer le degré de maturité, qui ont par exemple recours à un petit marteau ou à un pendule. Le choc provoque une vibration dans le fruit, qui peut ensuite être analysée par des méthodes optiques. Le problème? Cette méthode fonctionne bien pour les fruits à chair dure comme les pommes, mais les fruits plus tendres, plus fragiles, risquent d’être endommagés.

L’étude. Ces travaux proviennent de chercheurs de l’Institut Shibaura de Technology (SIT) au Japon, qui ont découvert une méthode qui permet de déterminer précisément la consistance d’un fruit, sans le toucher. Leurs résultats sont publiés dans la revue Foods.

Leur dispositif se base sur un laser, qui crée une bulle de plasma — considéré comme un quatrième état de la matière après les états solide, liquide et gazeux — dans l’air. Celle-ci se dilate, puis forme une onde de choc. Lorsqu’elle frappe la mangue, elle crée des ondes dites de Rayleigh. Il s’agit d’un type d’onde bien que l’on rencontre dans les tremblements de terre. Les ondes de Rayleigh se propagent sur les surfaces, et dans ce cas, sur la surface de la mangue.

La vitesse de propagation des ondes. Plus les mangues avaient été stockées longtemps (et donc plus elles étaient molle), et plus les ondes se propageaient lentement. De quoi permettre aux chercheurs de déterminer le degré de maturité du fruit. Les scientifiques ont pu mesurer la vitesse de propagation des ondes avec un vibromètre laser, qui utilise l’effet Doppler. Cet outil de mesure optique enregistre les vibrations, comme la méthode mécanique utilisée pour déterminer le degré de maturité des fruits solides. Elle permet une analyse précise des vibrations qui ne se produisent que de manière limitée sur la surface des fruits mous.

Juste à temps. Grâce aux ondes de Rayleigh, les fruits pourraient-ils enfin arriver dans les supermarchés au bon moment? Il reste un dernier obstacle: les doigts des clients, qui tâtent les fruits dans les étalages des supermarchés à la recherche du fruit parfait, et peuvent ainsi abimer les plus fragiles.

L’étude à la loupe

L’étude. Soft Mango Firmness Assessment Based on Rayleigh Waves Generated by a Laser-Induced Plasma Shock Wave Technique

Le commentaire. L'échantillon ne comprend que 20 mangues, ce qui est peu. Cette recherche doit être confirmée par d'autres résultats. Comme seules les mangues ont été étudiées, les résultats ne peuvent pas être appliqués tels quels à d'autres variétés de fruits mous.

La fiabilité. Evaluée par des pairs, 20 mangues testées.

Le type d’étude. Expérience de laboratoire.

Le financement. Tojuro Iijima Foundation for Food Science and Technology, Japan Society for the Promotion of Science pour leur soutien dans le cadre des programmes de subventions pour la recherche scientifique.

Traduit et adapté de l’allemand par Dorothée Fraleux et Sarah Sermondadaz