Reservé aux abonnés

Santé, climat: le «nudge» va-t-il nous sauver de nous-mêmes?

Tobias Brosch est professeur associé à l'Unige et responsable de la chaire de psychologie du développement durable. | TB, courtoisie

Le «nudge», c’est ce «coup de pouce» qui agit ni vu ni connu, comme la célèbre mouche dans les urinoirs pour inciter à en viser le centre. Mais dans les faits, ce concept recouvre un ensemble d’interventions très diverses, dans la santé, l’alimentation ou encore le climat. Avec son équipe de l’Université de Genève, Tobias Brosch, responsable de la chaire de psychologie du développement durable de l’Unige, a entrepris un travail colossal pour en évaluer l’efficacité. Entretien.

Pourquoi c’est important. Le «nudge» est très en vogue au sein des cercles académiques et décisionnaires depuis une dizaine d’années, avec comme ambition d’influencer les comportements en douceur. Les «nudge units» essaiment au sein des instances gouvernantes (pas encore en Suisse), et ces stratégies sont de plus en plus employées dans les politiques publiques pour inciter les citoyens à adopter des comportements favorables ou responsables – ce qui n’est pas sans poser des questions éthiques.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous