Reservé aux abonnés

Cette bactérie mange du CO2 et c’est un exploit

Escherichia coli | Gerd Altmann / Pixabay

Le monde vivant est divisé dans deux grandes catégories : ceux qui captent le CO2 et ceux qui dépendent des molécules produites par les premiers comme source de carbone. La biologie synthétique rêve de transformer les seconds, dits hétérotrophes, pour qu’ils fonctionnent comme les premiers, les autotrophes. Un rêve qui est devenu réalité grâce à une équipe de l’Institut Weizmann, à Tel Aviv, qui annonce son succès dans Cell.

Pourquoi c’est exaltant. Les organismes qui produisent des molécules d’intérêt industriel, comme des carburants, des polymères ou des principes actifs sont tous hétérotrophes. Il faut donc les nourrir avec du carbone organique ce qui crée une compétition avec les ressources alimentaires. S’affranchir de cette contrainte est donc à la fois un exploit scientifique et une promesse de développements industriels.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous