| | News

BMJ de Noël: Iron Man devrait ménager son cœur et Hulk sa ligne

Extrait du film Iron Man. | AP Disney - Marvel Studios

C’est bien beau d’être invincible dans sa prime jeunesse, mais dans quel état seront Iron Man, Hulk, Black Panther et consorts, une fois venu le temps des EMS? C’est la question que s’est posée un groupe de gériatres, à l’occasion d’un article publié dans le BMJ de Noël. Une seule façon de le savoir: visionner tous les Marvel et faire passer un bilan de santé aux sauveurs de l’univers…

Pourquoi on vous en parle. Les fêtes de fin d’année sont propices aux traditions, y compris chez les scientifiques. Chaque année, le British Medical Journal, l’une des revues médicales les plus prestigieuses de la planète, compile des recherches mi-loufoques mi-sérieux, conduites par de vrais chercheurs. Au menu de l’édition 2021: Marvel, hip-hop et clichés sur l’intelligence.

Le casting. Très actifs, insérés socialement, souvent diplômés, athlétiques et peu sujets aux addictions (oublions Iron Man pour un temps): a priori, les super héros de comics ont toutes les armes pour résister aux outrages du temps. D’un autre côté, ils passent le plus clair de leur temps à essuyer des expositions ou éponger des mandales, ce qui est peu conseillé pour vieillir en bonne santé.

Un groupe de médecins et chercheurs britanniques et australiens s’est demandé ce qu’il adviendrait de cinq des héros les plus iconiques du Marvel Cinematic Universe — à l’exception de Thor, qui a le mauvais goût d’être immortel. Chacun a visionné entre 8 et 50 (!) heures de films popcorn afin de pouvoir établir des bilans de santé personnalisés. Que voici.

  • Iron Man (Tony Stark). Richissime, ce qui est toujours un plus en matière de santé, et d’une vive intelligence, d’où un risque réduit de démence. Sauf rebondissement, son mariage avec Pepper lui assure d’éviter la solitude sur ses vieux jours. Mais comme chacun sait, le cerveau des Avengers est à risque de maladies cardiaque chronique: sa santé cardiaque ne tient qu’à un électro-aimant. Et sa tendance à s’aventurer en haute atmosphère pourrait accroître son risque de cancer par abus de rayonnements.

  • Hulk (Bruce Banner). La tendance de Bruce Banner à se transformer en gigantesque monstre vert lorsque son cœur s’emballe suggère l’existence d’un trouble du rythme cardiaque préoccupant. Mais le vrai problème de Hulk est d’ordre métabolique: son obésité (IMC de 120) pose un risque de démence, de maladie chronique, et de développer un syndrome de fragilité en vieillissant. Les chercheurs s’inquiètent aussi de sa capacité d’accéder calmement aux soins.

  • Black Widow (Natasha Romanoff) a connu une enfance déprimante, entre mauvais traitements et cours d’assassinat ciblé. Les chercheurs s’inquiètent pour son psychisme, et craignent qu’elle n’adopte des comportements de santé défavorables. Il s’avère par ailleurs que l’ex-espionne soviétique a connu une stérilisation forcée (nos excuses pour le spoiler), ce qui la prédispose aux troubles cardiovasculaires, à l’ostéoporose, à la démence et la dépression. Autant mourir dans Avengers: Endgame (nos plus plates excuses, à nouveau).

  • Black Panther (T’Challa), en tant que roi du Wakanda, peut bénéficier d’un accès privilégié aux technologies médicales les plus pointues et son statut socio-économique est associé à une longévité accrue. Cerise sur le gâteau, l’homme fort du royaume africain caché est végétarien. Tout irait pour le mieux si ses super pouvoirs ne dérivaient pas d’une décoction à base d’herbe-cœur. Comme le rappellent nos gériatres, la prise de drogue est associée à une mortalité plus élevée et une qualité de vie réduite.

  • Spiderman (Peter Parker) n’a pas tiré le ticket gagnant à la loterie de la vie: il est orphelin, ce qui prédispose aux troubles psychologiques et à l’usage de substances, même si sa tante a pu servir de substitut maternel. Mais l’homme-araignée se retrouve à exercer ses talents de justiciers la nuit, Tante May oblige, ce qui le prive des 8 à 10 heures de sommeil conseillées à son âge. Les troubles du sommeil à l’adolescence sont associés à de l’obésité, ainsi qu’à une sensibilité accrue à la douleur et la fatigue.

On le voit, l’avenir n’est pas rose. Ce n’est peut-être pas pour rien que les vieilles capes, dépeintes dans des films comme Watchmen ou Comment je suis devenu super-héros, coulent rarement de vieux jours heureux. Au lieu de s’adonner à des passe-temps aussi frivoles que de sauver le multivers, les gériatres ont un conseil pour ces épaves en devenir – ou peut-être leurs spectateurs:

«Nous suggérons qu’ils se concentrent sur comment affronter des défis tels que fournir des soins et un soutien social de qualité auprès des vastes populations vieillissantes, et prévenir des fléaux comme le syndrome de fragilité et la démence.»

Deux derniers pour la route. Les amateurs du BMJ de Noël auront le plaisir de retrouver deux autres recherches dans ce crû 2021:

  • L’une s’est attachée à mesurer l’effet du tube «1-800-273-8255» sorti en 2017 par le rappeur Logic – un titre qui n’est rien d’autre que numéro de la ligne nationale de prévention du suicide aux Etats-Unis. Les chercheurs mesurent une augmentation de 7% des appels pendant la période de médiatisation entourant la chanson, qui a remporté un MTV et un Grammy award. En parallèle, le nombre de suicide a diminué de 5,5%, ce qui correspondrait à 245 vies épargnées.

  • L’autre est plus pince-sans-rire. «It’s not rocket science» et «it’s not brain surgery»: ces deux idiomes expriment l’idée «ce n’est pas sorcier». Pour savoir si ces éloges sont mérités, les auteurs ont demandé à des ingénieurs de l’aérospatiale et des neurochirurgiens de passer le Great British Intelligence Test, une batterie d’évaluation cognitive mise au point par un chercheur en neurosciences d’Imperial College en partenariat avec la BBC. Dans l’ensemble, les deux professions ne font pas mieux que les résultats moyens obtenus au test en ligne.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!