Reservé aux abonnés

«Aujourd’hui, le vêtement le plus durable est celui qu’on n'achète pas»

Une montagne de déchets de vêtements usagés au Ghana, en 2020. | WECF France

Le dernier rapport du Giec appelle à plus de sobriété dans notre demande en ressources et en énergie. Cela passe aussi, à l’échelle des consommateurs, par la demande vestimentaire. Fabriquer des vêtements nécessite notamment beaucoup d’eau. Et génère des problèmes en amont et en aval de la chaîne.

Lire aussi: Julia Steinberger, «Notre issue de secours passe par la sobriété»

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous