| | News

Au Kamchatka, un volcan paresseux se réveille de manière spectaculaire

Le volcan Raikoke, dans la péninsule du Kamchatka, vu de la Station spatiale internationale le 22 juin | NASA

Dans les île Kouriles, à l’extrême de la péninsule russe du Kamchatka, le volcan Raikoke s’est réveillé le 22 juin à l’aube, sous les yeux —et les appareils photo— d’astronautes de l’ISS.

Pourquoi on vous en parle. Trois raisons à cela. D’abord parce que les clichés spatiaux de cette éruption sont magnifiques. Ensuite, parce que ce volcan, qui se réveille rarement, peut produire des explosions spectaculaires. Enfin, parce que ce type d’éruption, s’il se prolonge, peut rafraîchir la température de notre planète. Et par les temps qui courent, c’est bienvenu.

raikoke_tmo_2019173.jpg
Cette image du Raikoke, le 22 juin, montre le cratère et le panache transporté par le vent | Nasa

Ce volcan peut-il exploser? Aucune donnée relevée localement n’a encore été diffusée. Rien ne permet donc d’évaluer l’ampleur de cette éruption. Mais le Raikoke, s’il est paresseux car rarement éruptif, a provoqué deux gigantesques explosions, en 1778 et 1924, rappelle la Nasa.

Pourquoi le nuage semble-t-il plat? A force de grimper, les poussières de l’éruption se diluent. Quand leur densité (la masse par mètre-cube de gaz) rejoint celle de l’air ambiant, l’ascension des poussières est stoppée. Ce palier se situerait ici entre 13 et 17 km d’altitude, suivant les satellites qui l’ont mesuré. Un avis de vigilance a été diffusé aux compagnies aériennes.

Les régions plus blanches signalent l’abondance de vapeur d’eau. La couleur brunâtre signe la richesse en particules soufrées.

Comment un volcan pèse-t-il sur le climat? Le gaz soufré provenant des entrailles de la Terre suscite la formation de particules qui grimpent à haute altitude, dans la stratosphère. Ces microscopiques miroirs tendent à réfléchir l’énergie solaire vers l’espace, et donc à climatiser l’atmosphère.

En 1991, l’éruption du Pinatubo, aux Philippines, avait abaissé d’un demi-degré, pendant plus d’un an, la température moyenne du climat terrestre.

À cette occasion, le climatologue français Christophe Cassou, a créé un fil Twitter qui détaille l’action des volcans sur le climat:

Christophe Cassou explique notamment comment les volcans masquent une partie du réchauffement climatique lié aux activités humaines.

Et si on envoyait du soufre volontairement? Certains scientifiques y pensent, dans le cadre de ce que l’on appelle la géoingénierie du climat: nourrir de soufre la stratosphère et créer un parasol capable de freiner le réchauffement de la planète. Une solution relativement peu onéreuse, accessible sans révolution technique, mais dont on mesure mal les conséquences.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!