Au Bengale, 15'000 femmes se mobilisent pour sauver la mangrove

Unsplash / David Clode

A cheval entre l’Inde et le Bangladesh, la baie du Bengale abrite la plus vaste forêt de mangrove au monde. Mais celle-ci est menacée, grignotée par la montée des eaux. Depuis plus de dix ans, 15’000 femmes, originaires de la région, s’y mobilisent pour restaurer ce patrimoine naturel. A la période des moussons, c’est une véritable «armée de saris verts» qui se rassemble pour planter des arbustes dans les Sundarbans — une région traversée par d’innombrables bras et canaux du delta du Gange, qui s’élancent vers le golfe du Bengale.

Pourquoi c’est important. Dans la région des Sundarbans, la mer s’élève chaque année de 3,14 millimètres, contre une moyenne de 2 millimètres dans les autres océans. Une conséquence directe de la fonte des glaciers de l’Himalaya. Les mangroves — un écosystème de marais maritimes — constituent une barrière naturelle contre l’érosion des rivages, et permettent aussi de limiter la montée des eaux durant la mousson. En grandissant, les arbres plantés formeront une nouvelle mangrove.

link

A lire sur La RTS